RELATIONS SOCIALES

De nouvelles règles vont nous faire travailler notre représentativité

Publié le 12 décembre 2016 à 14:15:15

Les intentions récurrentes de parvenir à des accords majoritaires aboutissent avec ce texte qui stipule que tout accord d’entreprise doit être signé par des organisations syndicales qui ont obtenu 50%. Une disposition plus complexe est de conférer la possibilité à une organisation syndicale ayant obtenu 30% d’exiger un référendum.

Le changement est plus important qu’il n’y paraît pour une entreprise qui souhaite se transformer et faire évoluer son cadre social. Les enjeux en sont l’organisation du temps de travail, la GPEC, la qualité de vie au travail, l’intéressement, les seniors, les jeunes, la gouvernance, le statut juridique...

De plus, la négociation est perçue par les salariés comme un acte de justice, d’équité et de considération. La loi Travail a déclenché des tensions de par la perception de mépris qui lui a été accolée.

Il est vrai que l’époque où un syndicat ultra minoritaire signait un accord qui engageait tous les salariés paraît révolue même si elle générait un apparent confort.

La question qui se pose à l’application de cette loi Travail est celle du taux de 50% et donc du panorama syndical de l’entreprise. Une première réaction est de dire qu’il se constate et se subit. Une autre est de comprendre que sa composition n’est pas toujours le reflet fidèle des ressentis et attentes des salariés. Les organisations syndicales n’en sont pas responsables. L’explication réside dans cet atavisme français qui consiste à interpréter le vote et à lui donner une autre signification. Les référendums vécus depuis le Général de Gaulle en sont un bel exemple. Les Français ne répondent jamais à la seule question posée !

Les élections professionnelles redeviennent un véritable challenge pour l’entreprise qui doit les anticiper et veiller à ce que la réponse des salariés soit en totale adéquation avec les plateformes des organisations syndicales. Le vote n’est pas qu’un simple moyen d’expression alors que d’autres formules existent : réunions d’écoute, tables rondes, opinion surveys... Le vote est un acte d’écriture de l’avenir équitable et vertueux du pacte social qui lie l’entreprise et ses salariés.

Les élections professionnelles pèsent autant qu’un investissement process ou processus.

  

Photo : © BillionPhotos.com

Partager sur les réseaux sociaux

Article précédent Article suivant