MANAGEMENT & SOCIOLOGIE

Le tour des caissons ou Comment la disposition des locaux et le mobilier influent sur l'engagement et la performance

Publié le 22 juillet 2013 à 11:35:35

La frénésie qui s’empare des salariés et des syndicats quand il est question d’open spaces, équivalente à la dévotion des décideurs, démontre que le sujet des locaux et du mobilier fait débat et n’est pas anodin.

L’accompagnement récent de l’emménagement dans un lieu high tech du siège d’une grande entreprise m’a interpellé sur l’importance des signaux véhiculés par un nouvel espace. Dans ce cas précis, les managers qui, perdant leur bureau individuel, ont parlé de déchéance et de dégradation. Il y a quelques années, une marque prestigieuse a cru considérer ses collaborateurs en leur offrant un atelier tout neuf et luxueux et en prime un restaurant d’entreprise. Le retour aura été un mouvement spontané de grogne de personnes qui mangeaient à la « gamelle » dans leurs voitures et conservaient les tickets restaurant pour leur repas familial du soir !

De façon globale, la question est de savoir si une configuration physique induit de nouvelles pratiques managériales et s’impose ou si les pratiques existantes et de bon sens se consolident par la nouvelle configuration. Le choix d’une nouvelle implantation relève d’une stratégie d’entreprise portée par son Président et au sein de laquelle la fonction RH est un expert et un consultant interne. Nous ne sommes pas sur un projet mais sur un changement au sens où la situation de demain sera durablement différente de celle d’aujourd’hui. Ce changement va provoquer des ressentis qu’il faut anticiper et canaliser et se doit d’être accompagné individuellement et collectivement. La première précaution est de répondre à la question « Pourquoi » et porte sur les motivations profondes de la nouvelle configuration recherchée.

De nombreux experts existent et les concepteurs de locaux et de mobiliers abondent mais l’approche ne se décrète pas et il n’y pas de pensée unique : la fluidification de la communication est un alibi qui rassure mais peut s’avérer inopérant. Il faut, d’abord, sonder la culture ambiante de l’entreprise et les paradigmes qui portent l’engagement des collaborateurs : quelle sociabilité ont généré les anciens locaux, comment se symbolise l’équilibre vie privée/vie professionnelle (par la personnalisation ?), en quoi la mise en danger personnelle était-elle évitée ?... Le déploiement de la nouvelle configuration repose sur l’objectif recherché, la performance équitable attendue ce qui revient à la définir et à la justifier en sachant que les impacts sont le feed-back récurrent accordé au collaborateur, l’éclosion de collectifs de travail qui apportent de la valeur ajoutée, la co-construction comme élément de réinvention de l’entreprise, la convivialité et l’ambiance, le développement durable.

Le caisson est en fait une « box » mobile  recouverte d’un coussin où le collaborateur range ses affaires. Le tour des caissons permet au manager d’être en empathie avec son collaborateur de façon plus naturelle et dynamique.

Partager sur les réseaux sociaux

Article précédent Article suivant