MANAGEMENT & SOCIOLOGIE

Et si le cassoulet était une recette managériale ?

Publié le 31 octobre 2016 à 16:36:36

Le cassoulet est le plat chéri des français mais il est empreint de ce mal français qu’est le corporatisme : Castelnaudary, Toulouse, Cahors... ?
Il répond à un impératif : un bon cassoulet nécessite que la croûte soit renouvelée sept fois !

Un bon argument se répète plusieurs fois, sinon sept du moins trois ou quatre fois !

Le répétition fixe la notion. Il est préférable d’énoncer un argument plusieurs fois que plusieurs arguments une fois.
Les réseaux sociaux contribuent à une plus grande fluidité de la parole. Les moyens techniques modernes (SMS, tweets, blogs...) réduisent le champ du vocabulaire utilisé mais, en compensation, accentuent l’intensité et la force des mots proférés. La généralisation abusive est une technique répandue qui dramatise l’expression et l’argument. Les jugements peuvent apparaître comminatoires. Ils sont souvent éphémères et volatiles. En conséquence, celui qui veut maîtriser le leadership de la parole va devoir marteler son message. Il va reformuler et diffuser son expression en boucle.
Le cassoulet est un repère au sens où il apprend à répéter l’acte, à le consolider, à en améliorer la texture.

La dialectique redevient un savoir-faire managérial basique

Qui se souvient de cette passe d’armes entre Georges Marchais et Jean-Pierre Elkabach (« Monsieur Marchais, combien coûte un ticket de métro ?... Trop cher ! ») Le débat était plié et le journaliste acquiesçait presque à cette affirmation péremptoire et définitive.
Notre champ de communication actuel regorge d’exemples de ce type : des prises de position politique, des affirmations de syndicalistes, des paroles de jeunes, des interventions de chroniqueurs d’émissions télévisées. La tendance est à passer d’un fait, si mineur soit-il, à une vérité absolue qui est affirmée avec moult certitudes. L’émetteur se projette, à une vitesse impressionnante, du fait à l’action.
Le piège est avancé et la seule façon  de l’éviter ou de le contourner est d’avoir recours à la dialectique. Démosthène ou Trotski sont oubliés depuis longtemps comme la rhétorique et la phrasologie marxiste... et pourtant !
Il est indispensable de savoir contourner ce qui revient d’abord à reprendre la parole par le biais de la reformulation de la liberté d’expression de l’interlocuteur. Il faut, alors, prendre de la hauteur en revenant au chapeau, au pourquoi, aux enjeux, puis asséner un argument factuel mettant en relativité la généralisation émise. Le temps est alors venu de proférer son propre avis subjectif pour réacquérir l’équilibre.

« Ceci étant dit », « d’une part... d’autre part », « d’autant plus que »... que c’est lourd, ennuyeux, long, fastidieux... et pourtant !

Le cassoulet n’est bon qu’après sept couches.

Illustration © Drobot Dean

Partager sur les réseaux sociaux

Article précédent Article suivant