MANAGEMENT & SOCIOLOGIE

Et si nous étions fiers d'être français ?

Publié le 06 octobre 2017 à 12:43:43

La France aime se dire qu’elle est le pays de la culture et des droits de l’Homme. Certains la voient comme le pays du fromage qui pue ou celui des grèves à répétition.
Bataclan, révolution, Macron, Jeux olympiques, Le Pen... que faut-il retenir et comment s’identifier ?

La fierté est à construire et elle ne relève que de nous

Imaginons-nous en 2024 à l’ouverture des Jeux olympiques et rêvons ! Rêvons d’un pays qui permette à chaque sportif ou accompagnant de se construire un souvenir, où l’imaginaire l’emporte sur la réalité. La France peut allier en permanence beauté et désagrément, bienveillance et dédain, merveille et banalité. Cette ambivalence permanente est source d’émotion et de créativité. Elle fait appel à nos passions et pulsions. Elle peut irriter comme elle peut subjuguer. Elle se vit intensément et amène à s’engager.
L’ambivalence culturelle devient une force quand elle s’apparente à de la réactivité, à de la motivation et à du sentiment.
Notre fierté est d’assumer ce que nous sommes même si d’aucuns s’en offusquent. Notre fierté est dans cette différence et cette forme d’insolence. Elle est parce qu’elle s’accroche à chaque individu et c’est la particularité de l’individu qui est de nature à générer un collectif performant.
La fierté est celle de quelqu’un qui existe par lui-même, pour lui-même et sait apporter aux autres en toute réciprocité.

La culture est faite par ceux qui la vivent à l’instant présent

L’hétérogénéité de la France est une chance comme elle peut l’être dans une entreprise qui ose s’ouvrir à des profils et parcours différents. L’hétérogénéité nous évite d’être dans des relations homophiliques (« qui se ressemble s’assemble »).
L’hétérogénéité ne nous permet pas de réussir tous seuls même si cette dimension individuelle est un socle intéressant du fait qu’il apporte de l’identité.
La chance ne suffit pas et il faut la caractériser et la transformer. La condition de réussite repose sur notre capacité à co-construire et à structurer des flux réciproques et croiser des relations.
L’épisode à venir de déploiement de la réforme du travail est une opportunité au sens où nous allons devoir tendre la main et entrer dans une logique de dialogue.
Aristote a immortalisé la trilogie logos/ethos/pathos. La France a peut-être plus de pathos que de logos, mais c’est de cela qu’il faut être fier à condition que nous sachions le transformer en un ethos de conviction.

Illustration : © Rawpixel.com

Partager sur les réseaux sociaux

Article précédent Article suivant